Помощничек
Главная | Обратная связь


Археология
Архитектура
Астрономия
Аудит
Биология
Ботаника
Бухгалтерский учёт
Войное дело
Генетика
География
Геология
Дизайн
Искусство
История
Кино
Кулинария
Культура
Литература
Математика
Медицина
Металлургия
Мифология
Музыка
Психология
Религия
Спорт
Строительство
Техника
Транспорт
Туризм
Усадьба
Физика
Фотография
Химия
Экология
Электричество
Электроника
Энергетика

Typologie de la langue et ses types

Plan

1. Typolpgie de la langue et ses types.

2. Identité typologique et identité historique.

3. Méthode d’ étude de la typologie.

4. Typologie parmi d’autres sciences linguistiques.

 

Typologie de la langue et ses types

La typologie comparée est une science linguistique qui s’occupe des principes de la classification des langues, basée sur la comparaison des phénomènes isomorphes et allomorphes des systèmes comparés (phonologiques, grammaticaux, lexicaux, stylistiques). Elle cherche et élabore les moyens de la délimitation des types (détermine leur essence) et répartit les langues étudiées selon les types délimités.

Le type (en général) c’est un ensemble de traits communs d’une certaine quantité d’objets ou de phénomènes, qui réunit ces derniers et les oppose aux autres objets ou aux autres phénomènes homogènes (similaires). En bref, c’est une variété des objets ou des phénomènes homogènes.

La comparaison typologique tient toujours compte des phénomènes linguistiques universels, qu’on appelle « traits primaires », propres à toutes les langues de l’humanité. Ne se prêtent à la comparaison que des unités particulières, spécifiques pour chaque langue, appelés « traits secondaires ».

Le type peut désigner d’abord un élément isomorphe dans deux ou plusieurs langues : une ressemblance ou une identité de la formation des syllabes , des mots, des propositions etc. ; c’est un type particulier, un type des éléments de la langue. Citons un exemple :

La ressemblance et l’opposition des superlatifs

Exprimés à l’aide des affixes exprimés à l’aide des mots-outils

type suffixal : type surcomposé :

fortissimus ( lat.) le plus fort(fr.)

type affixal : type composé :

наймацнейшы(b .) самый сильный(r.)

Le mot « type » peut aussi signifier deux ou plusieurs systèmes avec les éléments identiques ou ressamblants qui unissent ces systèmes et les opposent aux autres ensembles de système. Ce sont des types universels , des types des langues.

La division des langues en types universels est effectuée dans la plupart des cas d’après l’opposition des types grammaticaux et notamment d’après ceux de la composition des unités nominatives autonomes (degré de la cohésion des éléments structuraux de ces unités). Ainsi on distingue 4 types des langues : 1) à isolation ou analytique ; 2) à agglutination ; 3) à fléxion ; 4) à alternance. Ces types constituent l’objet d’étude de la typologie comparée.

2. Identité typologique et identité historique

 

Il est nécessaire de distinguer l’identité typologique de l’identité historique (génétique) dont l’essence est la communauté de l’origine des unités analysées. Deux ou plusieurs unités sont identiques du point de vue génétique, si leur origine est la même. Par exemple, dans certains mots le phonème [∫] français et le phonème [k] espagnol, ou les phonèmes [e,ε ,ə] français et le [a] espagnol présentent des identités historiques au niveau de la phonologie. Les sont un résultat du développement du [k] latin, et les [ə,e,ε] proviennent du, cf. : caminare – caminar, pax – paz et paix.?

Voici d’autres exemples des identités historiques au niveau du phonème :

Latin : fortem → esp. fuerte, fr. fort

librum → esp. libro,fr.livre

populum → roumain popor, fr.peuple

solem (soliculum) → roumain soare, fr. Soleil

ancien slave : далъ, ч.даΛ , biél. даЎ, ukr. дав

Les identités historiques et les identités typologiques ont aussi leurs particularités dans les dictionnaires de langues, cf. : causa- chose – cause et mobilem – meuble – mobile ; часть – час(r) – час (b), (l’heure – le temps) ; неделя(r), нядзеля (b), semaine – dimanche). Les éléments de ces oppositions ont la même origine (mobilem, causum, часъ, неделя), mais leur sémentique et leurs fonctions sont différentes.

Au contraire, les mots : отлично – выдатна – видминно; перемена – перапынак – перерва; плохой - дрэнны – поганый qui constituent une identité typologique ( mots autonomes, la même notion lexicale, la même catégorie lexico-grammaticale) ne sont pas de la même origine.

Il ne faut pas chercher des identités de 2 ou plusieurs langues qu’aux mêmes niveaux ( phonologique, grammatical, sémentique). Comme exemple le cas de дал,даЎ , дав – (phonétique et grammaire).

L’identité typologique n’est pas toujours une identité absolue. Elle n’est qu’un certain degré de la ressemblance : à partir de l’identité complète jusqu’à une ressemblance approximative.

Il y a trois sortes d’identités typologiques dans la langue : sémentique, structurale et fonctionnelle. Au cours de la délimitation des types on prend surtout en considération l’aspect fonctionnel des éléments. Mais au niveau de l’analyse phonologique et grammatical l’aspect de structure égale celui de fonction, tandis qu’au niveau de lexique c’est la sémentique qui joue un rôle particulier (elle détermine toute fonction de l’unité de vocabulaire).

D’habitude on définit les types de chaque niveau de la langue séparément, car il est impossible de déterminer un type pour les unités de tous les niveaux (phonologique, grammatical, lexical et stylistique) : leur ressemblance est trop insignifiante.

 

3. Méthode d’étude de la typologie

 

La typologie se distingue parmi les sciences linguistiques par sa méthode. Son procédé principal d’analyse scientifique est la comparaison des éléments des langues étudiées et de leurs systèmes.

La comparaison typologique n’est pas une confrontation ordinaire de faits linguistiques identiques, semblables ou différents, propres à certaines langues ou à certains groupes de langues, appelés « traits secondaires ». Elle tient toujours compte des phonèmes linguistiques universels, propres à toutes les langues de l’humanité, appelés « traits primaires ». C’est une confrontation des traits secondaires des langues, sur le fond des traits primaires, qui aide à sonder avec plus de succès les phénomènes comparés.

Titre d’exemple on peut citer certains traits primaires des langues : a) la division des sons en voyelles et consonnes, trois voyelles [i, u, a], sept consonnes [p, t, k, m, n, s, l/r], les syllabes, les unités prosodiques ; b) les unités nominatives les plus simples, les procédés spéciaux de la grammaire, exprimant de différents rapports, les propositions ; c) les unités nominatives exprimant les objets et les actions, les pronoms et les noms de nombre, les degrés différents de l’abstraction des unités nominatives ; d) les variations stylistiques etc.

 




©2015 studopedya.ru Все права принадлежат авторам размещенных материалов.